Hercule est featuré (mis en avant) sur le Play Store par Google ! (2/3)

Hercule est featuré (mis en avant) sur le Play Store par Google ! (2/3)

Ce billet est la 2ème partie d’une trilogie dont vous pouvez lire la 1ère partie ici.

Après 1 mois intense de développement pour préparer le featuring, c’était enfin les vacances : soleil, visites, repos, bonne bouffe, temps de qualité avec la famille. Relax quoi.

Je vérifiais quand même régulièrement mes revenus quotidiens des fois qu’un problème majeur pointe le bout de son nez, on ne sait jamais. Mais tout allait bien, presque trop bien même…

En effet j’avais remarqué que mes revenus avaient pas mal progressé d’un coup milieu Septembre. Avec ma chérie on s’est dit qu’on devrait partir plus souvent en vacances si ça booste mes revenus comme ça :-D.

J’avais mis en place sur Hercule un système de cours par email depuis quelques semaines qui commençaient à porter ses fruits (j’en parlerai dans un autre billet), mais ça ne pouvait pas « juste » être ça. En rentrant de vacances, j’ai percuté.

Avant l’heure c’est pas l’heure

L’augmentation soudaine de mes revenus ne pouvait pas provenir juste de la nouvelle fonctionnalité que j’avais mis en place, l’écart était trop important, ça ne pouvait provenir que d’une seule chose : j’étais déjà featuré sur le Play Store.

J’ai dégainé mon téléphone, scrollé rapidement à la section « Nouvelles Applis » et là c’est le drame : Hercule y était listé.

Holy.

Fucking.

SHIT.

Putain j’avais les boules. Un mélange de colère et de mec blasé. Pour vous faire comprendre mes sentiments, imaginez que vous bossez sur un projet depuis 3 ans, et qu’on vous dit qu’il va être présenté au monde entier. Vous avez envie de le peaufiner pour qu’il soit présentable, et genre 2 semaines avant le lancement, voilà le monde entier qui rapplique pour voir votre produit que vous n’avez pas eu le temps de rendre présentable comme vous le vouliez.

Une opportunité de dingue gâchée ! Si ça, ça fout pas les boules…

J’ai donc envoyé un mail à ma Business Development Manager pour lui demander pourquoi j’étais déjà featuré ?! En lui rappelant que je devais la prévenir une semaine à l’avance après que j’ai pu traduire l’application. Pas de réponse elle était en formation… 4 jours plus tard, je reçois un mail. Elle s’est excusée en me disant qu’elle ne comprenait pas ce qu’il s’était passé et m’a demandé si on devait arrêter le featuring immédiatement. Pfff trop tard. Entre le temps où je lui ai demandé ce qui se passait et sa réponse, j’avais pris les devants et déjà communiqué sur le featuring.

J’ai donc fait faire la traduction de l’application le plus vite possible, le problème c’est qu’Hercule contient beaucoup de texte. Genre beaucoup de texte, environ 12 000 mots. Bah oui à cause des descriptions des exercices, ça grimpe vite. Donc ça a pris plus de 10 jours pour tout traduire dans 3 nouvelles langues : Allemand, Espagnol, Italien. Et ensuite il a fallu que je vérifie que tout aille bien dans l’interface (vive l’Allemand et les mots à rallonge), bref, 2 semaines de boulot en tout.

La sanction des notes sur le Play Store

Proposer une app uniquement en Anglais et en Français dans le monde entier, c’est le mal ™. Les notes & commentaires se sont mis à pleuvoir, défonçant ma note petit à petit.

God Damn It! Je le savais !

Je partais de 4,53/5 de moyenne, une excellente note. Et regardez cette chute libre (courbe grise = ma note moyenne) à partir de la semaine du 13 Septembre, gros pic de commentaires dû au featuring qui a eu lieu le 15 Septembre et gros pic de mauvaises notes à cause du manque de traduction :

capture-decran-2016-10-26-a-16-19-23

Les russes sont champions du monde pour se plaindre de la langue :

capture-decran-2016-10-26-a-17-27-13

Ça tombe bien parce que je n’avais fais les traductions qu’en Allemand, Espagnol et Italien… alors j’ai dû me taper la langue Russe aussi avec son alphabet si particulier quelques jours plus tard…

Je vais rebondir sur le dernier commentaire de l’Italien, effectivement ce n’est pas difficile de mettre d’autres langues, mais quand on a 12 000 mots à traduire, ça coûte une blinde et ça prend du temps. J’en parlerai dans un autre billet.

Transformer un #FAIL en opportunité

J’ai répondu à tous les commentaires en leur disant bien que les traductions n’allaient pas tarder à arriver et qu’il fallait patienter un peu, mais le mal était fait. Peu de gens prennent le temps de revenir sur leur commentaire même s’ils sont satisfait de la traduction quand elle arrive. La plupart du temps les gens oublient simplement qu’ils ont mis un commentaire. En attendant moi ma note, elle a dégringolé.

J’avais 2 choix : ravaler ma fierté et faire avec, ou solliciter ma Business Development Manager (BDM) pour un geste « commercial » au risque de voir mon featuring arrêté complètement. Bah oui vous n’êtes « qu’un » développeur pour Google… donc vous pesez pas très lourd dans le poids de la balance. J’avais un peu peur de passer pour le relou de service et qu’ils me virent manu militari du featuring et ne répondent plus à mes emails. Après tout, il pourrait le faire sans problème.

Mais bon, après tout le taf que j’avais fourni avec l’ingé de chez Google, j’avais une bonne entente avec lui et ma BDM était dans les boucles de mails, alors je n’ai pas hésité longtemps à négocier une rallonge du featuring.

La bonne nouvelle c’est qu’elle a accepté :-). La deuxième bonne nouvelle c’est que j’avais demandé 1 semaine de bonus pour compenser les mauvaises notes de la 1ère semaine de featuring et elle m’en a donné 2 ! Thanks sista!

Du coup Hercule est featuré pour 8 semaines en comptant à partir du 15 Septembre, la date du featuring surprise. C’est toujours ça de pris :-).

L’impact du featuring sur les téléchargements

On va maintenant attaquer la partie la plus intéressante, quel est l’impact du featuring pour une application ?

En terme de traffic, vous faites x10 !

En Août, sans aucun featuring, j’ai fais 50 000 visites, en Septembre, 500 000, en Octobre 600 000 ! J’ai été featuré à partir de la 2ème moitié du mois de Septembre. Au mois d’Octobre j’ai été featuré pendant tout le mois.

Si je faisais un jeu vidéo, je serai très heureux. Parce que ma cible (le profil d’utilisateur que je vise) serait n’importe qui et potentiellement mes revenus seraient multipliés par 10. Le hic c’est qu’Hercule n’est pas un jeu, et s’adresse à un public très ciblé. Donc les taux de conversions ont chuté :

Août 2016 : 49 905 visites sur la fiche du Play Store > 33,5 % ont installé l’app soit 16 706 personnes.

Sept 2016 : 498 777 visites sur la fiche du Play Store > 8,9 % ont installé l’app soit 44 343 personnes.

Oct 2016 : 599 858 visites sur la fiche du Play Store > 8,6 % ont installé l’app soit 51 5128 personnes.

BOUM ! On passe d’1 personne sur 3 qui installe l’application à un peu moins d’1 sur 10 ! Aïe. Mais bon ça n’a rien d’étonnant. Tout le monde ne fait pas de fitness / muscu. En attendant, j’ai multiplié par 3 mon nombre d’installations. Donc ça ramène tout de même pas mal de traffic pour moi comme on peut le voir ici, la rétention est bonne aussi, les gens qui installent l’app la garde :

capture-decran-2016-10-23-a-12-05-25

L’impact du featuring sur les revenus

Et les revenus dans tout ça me direz-vous ? Le nerf de la guerre, c’en est où ?

Août (sans aucun featuring) : 1446 €

Sept (1/2 mois en featuring) : 2096 €

Oct (tout le mois en featuring) : 2380 €

Mes revenus ont bien augmenté grâce au featuring et j’en suis bien content. Depuis le mois d’Août je peux enfin me verser un salaire, taxé à 14,4% grâce à ma micro-entreprise.

La question c’est est-ce que ça va continuer après le featuring ? Ou au moins est-ce que mes revenus vont rester stables et ne pas trop chuter (je m’attends à une chute, c’est mécanique) pour que je puisse continuer à me verser un salaire suffisant pour continuer mon aventure ?

C’est ce qu’on verra dans le prochain et dernier billet de cette trilogie décidément pleine de rebondissement…

Soyez prévenu de la publication des derniers articles et accédez à du contenu exclusif en vous abonnant à la newsletter :

  • J’imagine que vous passez par un service de traduction ? J’ai hâte de voir un article à ce sujet, car cela m’intéresse. Il est vrai que mes applications ne sont qu’en français et anglais. Autant dire le strict minimum !

  • bonjour jeremy, merci de partager toutes tes péripéties qui sont très intéressantes pour les développeurs.. j’ai une petite question : comment se fait-il que tu ne gagnes pas 3x plus en octobre alors que tu as triplé le nombre d’installation de l’app?

    • Bonjour Barbara, merci pour ton message. C’est dû au fait que le traffic apporté n’est pas de qualité. Mon taux de conversion « gens intéressés par la muscu qui font l’effort de chercher une app de muscu, téléchargent Hercule et l’achètent » est plus élevé que celui du traffic amené par le featuring.

      Lors de la mise en avant sur le play store, les gens qui téléchargent l’app peuvent simplement être des curieux, sans forcément avoir envie de faire de muscu ou d’acheter une app pour ça. Par conséquent la qualité du traffic est moindre, et donc le taux de conversion téléchargements > achats est moindre également. D’où cette « non-linéarité » dans les chiffres.

      En fait avec le recul, quand on fait du marketing et qu’on voit les chiffres (j’ai appris tout ça par expérience et les livres que je lis sur le sujet confirment ça) : on préfère s’adresser à une source de traffic qualifiée de 1000 personnes plutôt qu’à une source non qualifiée qui ramènerait 3000 personnes. Sur une source qualifiée tu peux atteindre des taux de conversion de 15-20% par exemple et sur une non qualifié de 2 ou 3% à peine.

      Fais les calculs : 1000 à 15% = 150 VS 3000 à 3% = 90.

      Il faut toujours privilégier le traffic qualifié au traffic « aléatoire » (= featuring) car même 3% de taux de conversion dans mon exemple, c’est très élevé pour du traffic non qualifié…

      C’est pour ça que je parle des jeux vidéos, même du traffic non qualifié pour les jeux vidéos, ça peut marcher car « tout le monde » veut bien jouer à un jeu contrairement à tout le monde veut faire de la muscu.

      Featuring pour jeux vidéos = grand gains / featuring pour un outil = gains moyens.

      • Dylan

        Tu parles de livres que tu as lus, saurais-tu en conseiller quelques-uns ?

        • Salut Dylan, j’ai lu Will It Fly de Pat Flynn que je recommande. Après pour le marketing etc. j’ai plus lu des articles de blog et growthhackers.com que des livres.

          • Dylan

            Je te remercie :)

  • Superbe réactivité pour les trads, ça a du te couter un bras !! Allez allez on y croit ca va complètement payer !!

  • CodeVallée CodeVallée

    Très bonne nouvelle pour toi, c’est génial.
    Par contre, toute cette histoire démontre les limites des « stores ». Avec ces milliards d’applications, si on ne reçoit pas un coup de pouce pour booster son audience, il est difficile d’être visible à moins de mettre une blinde dans la publicité.

    • Merci.
      Oui tout à fait d’accord, les stores sont très limités. Et même en mettant une blinde dans la pub, c’est difficile de percer… Et puis si tu payes de la pub et que ça te rapporte moins que ce que tu payes, tu n’es pas rentable et tu jettes de l’argent par la fenêtre. Or c’est très dur d’être rentable avec de la pub…

      Bref les stores sont vraiment un enfer niveau recherche pour trouver de apps de qualité.

Les commentaires sont clos.