Une semaine classique de travail

Une semaine classique de travail

Combien de temps je passe à répondre aux emails de mes clients ? Combien de temps je passe à développer Hercule chaque jour ? Je me lève et je me couche à quelle heure ? Je travaille combien de temps / jour et par semaine ? Bref, à quoi ressemble mes journées et semaines classiques de travail dans ma vie ?

Si vous vous posez ces questions, bonne nouvelle, je vais y répondre dans ce nouveau billet !

Un peu de contexte

J’ai commencé à développer Hercule en Février 2013, ça fait maintenant 4 ans et des brouettes… Que le temps passe vite ! À l’époque j’étais… en couple, sans enfant, je vivais seul dans mon appart et je travaillais en CDD à 80 % dans une société. Aujourd’hui je vis avec ma femme et j’ai une fille de 16 mois, il y a donc un « avant » et un « après » concernant mon rythme de travail. Pour l’instant, je vais parler du avant.

J’avais démissionné de ma SSII précédente et j’avais négocié un CDD de 6 mois à 80 % chez mon nouvel employeur pour bénéficier des aides de Pôle Emploi pour créer mon entreprise et pour avoir du temps pour bosser sur mon projet.

Oui je fais partie de ces gens qui pensent que si vous voulez vous lancer, vous devez vous consacrer à 100 % sur votre projet, bosser le soir après le boulot c’est très inefficace… Surtout quand on s’est tapé une journée à coder et qu’on doit recommencer le soir !

Étant à 80 % j’avais donc un jour de libre par semaine. J’avais choisi le lundi pour avoir 3 jours de suite avec le week-end pour travailler à 100 % sur Hercule. Je travaillais comme un acharné, levé à 8h du matin (je suis un lève tôt), petit-déjeuner enfilé en vitesse lumière puis boulot boulot boulot, avec 1h de pause à midi et le soir j’arrêtais quand j’en avais marre, souvent vers 20h-21h. Donc au total, je bossais entre 10 et 12h tous les week-ends + le lundi sur mon projet ainsi que le soir en rentrant du travail en semaine.

Des pauses PS3…

Travailler de chez soi peut être un véritable piège. Ça a beaucoup d’avantages, mais aussi pas mal d’inconvénients importants niveau productivité. Par exemple au début de mon projet je faisais des « pauses PS3 » qui pouvaient durer… plusieurs heures ! J’étais tellement absorbé par le jeu que je ne voyais pas le temps passer. Et puis quand on bosse sur un projet qui commence à prendre forme mais qu’on n’y travaille que 3 jours par semaine et le soir après le boulot, il est facile de se dire que ce n’est pas très important…

C’est aussi pour ça que je suis partisan de quitter son vrai job pour se mettre la contrainte que maintenant, ton vrai job c’est ton projet. Sinon il est trop facile de se dire que c’est juste un side project et de faire des pauses PS3 tout le temps… Ça m’a demandé un peu de discipline pour arrêter de jouer à la console et travailler.

Le plus dur c’est le début, car tout est nouveau et donc difficile. Je ne connaissais pas l’environnement de développement pour développer des apps Android, ni les APIs, etc. Il a fallu que j’apprenne tout from scratch. C’est très difficile de se dire allez je vais continuer de débugguer ce truc quand vous avez à 2 m de vous la PS3 qui vous fait de l’oeil… Allez je joue 15 min et je retravaille… Et 2h plus tard : oh merde ! Il est déjà 18h ! Vous voyez le problème…

Bref, voyant l’échéance de mon CDD arriver à grand pas, ça m’a motivé à arrêter de jouer à la console et à rester concentré. En effet, une fois que mon CDD serait fini, je devrais bosser sur ce projet à plein temps pour gagner ma vie avec. La fin de mon CDD était pour moi un équivalent d’un saut dans le vide sans salaire. Même si je savais que j’allais avoir les indemnités chômage, dans le principe, je considère pas ça comme un salaire, juste comme une aide de transition pour avoir le temps de générer un salaire avec mon projet. Et c’est exactement ce qu’il faut pour arrêter de procrastiner, une contrainte temporelle : dans X mois, t’as plus de salaire, au boulot !

Donc si vous voulez faire un projet, que ce soit une app mobile ou autre, mettez-vous y à 100 % et surtout mettez-vous une contrainte forte pour vous obliger à bosser dessus et être efficace, sinon vous n’avancerez jamais.

Avant : une semaine classique de travail

À la fin de mon CDD, j’avais 2 choses à faire : gérer Pôle Emploi plus les démarches administratives et continuer à développer Hercule. Je voulais que ça avance vite, alors je n’ai pas lésiné sur les moyens. Je travaillais tous les jours, samedi et dimanche compris. Entre 12 et 14h / jour. Je commençais le travail après le petit-déj vers 8h30, j’arrêtais vers 13h, 30 à 45 min de pause à midi (ça dépendait si je regardais un épisode d’une série ou pas, seul moment de détente de la journée) et je retravaillais jusqu’à être fatigué, soit jusqu’à 21h environ, parfois plus, ça dépendait. Au total, je faisais entre 80 et 100h / semaine environ.

Par contre il y a une chose que je ne faisais pas, c’était de négliger mon temps de sommeil. Le sommeil est primordial non seulement pour que la mémoire fixe bien ce que vous avez appris dans la journée mais également pour être en forme physiquement pour tout le travail intellectuel à faire le lendemain. J’avoue que j’étais passionné par tout ce que j’apprenais, donc ça me permettait de garder le cap et d’être au taquet toute la journée.

Notez qu’il y a des jours où je me permettais de ne pas travailler le matin ou l’après-midi, ou bien je sortais prendre l’air, faire des courses etc. Je m’écoutais toujours pour ça, si je sentais qu’il me fallait arrêter de travailler, je n’hésitais pas à prendre du repos. Par contre quand j’étais au boulot, c’était pour bosser, par pour procrastiner.

Je pense que ce qui m’a le plus motivé c’est de me dire que si je bossais maintenant je n’aurai plus à travailler pour quiconque et je serai libre. Pour moi le salariat est une forme d’esclavagisme moderne. Et je voulais à tout prix m’en défaire. Ce que j’ai réussi en partie à faire aujourd’hui après beaucoup d’efforts, je suis mon propre patron !

J’ai travaillé comme ça jusqu’à la première version publique d’Hercule et encore après. Pas de vacances, pas le temps pour ça. Le soir je sortais me divertir, mais je ne rentrais jamais après minuit pour me coucher sauf cas exceptionnel. Mes amis m’ont affectueusement surnommé Cendrillon à cause de ça :-D. « Bon les gars il est 23h30, faut que j’y aille ! Mais la fête bat son plein, c’est samedi ! Tu vas pas rentrer maintenant ?! ». Bah si en fait, demain c’est dimanche, je travaille, comme d’hab. Y’a un moment dans la vie, faut faire des choix.

J’ai continué de développer Hercule comme ça pendant 1 an et demi à 2 ans. Même lorsque j’ai emménagé avec ma femme j’ai dédié une pièce à mon bureau pour y bosser et ne pas être tenté par des divertissements dans la maison. Aujourd’hui je n’ai pas touché à la PS3 depuis tellement longtemps que je ne me souviens même plus quand j’y ai joué pour la dernière fois !

Au fur et à mesure de la progression d’Hercule et de mes revenus j’ai ralenti progressivement le temps de travail pour souffler un peu et pas partir en burnout. C’est important de travailler mais c’est aussi important de pas péter une pile en route :-). J’ai diminué mon temps de travail à 10h / jour max. 9h – 20h (pause d’1h à midi) vers le début de l’année 2016, je gagnais environ 1000 € / mois à cette époque. Je n’avais plus les indemnités de Pôle Emploi et j’avais débloqué 6000 € de mon PEE de mon ancienne société pour compléter mon salaire.

Ensuite nous avons décidé avec ma femme de faire un beau petit bébé :-), on avait des sous de côté et avec nos 2 salaires on pouvait vivre « juste bien » sans excès. Et puis, un enfant ça met 9 mois à arriver, donc on avait le temps de voir comment évoluait Hercule. Et ça c’est bien passé ! À partir du mois d’Août 2016 mes revenus ont augmenté au fil des mises à jour et améliorations que j’ai apporté à l’application. Et cerise sur le gateau Hercule a été featuré par Google !

Mes revenus et mon ranking ont été boosté et j’ai pu passer un cap. Quelques mois plus tard ma fille naissait. Et à partir de là, j’ai à nouveau réduit mon temps de travail.

Après : une semaine classique de travail

Ma femme a toujours été compréhensive et on a beaucoup parlé de mon projet et de mes horaires de travail. Les débuts ont été assez difficile, trouver la balance entre le temps pour nous et le travail a été compliqué. Mais la communication reste la clé, il faut en parler et ajuster son agenda, faire des essais etc. Au final après la naissance de la petite et vu mes revenus, je suis repassé à une semaine classique où je ne travaillais plus que 5 jours / semaine, du lundi au vendredi de 9h à 20h environ. Mais les nuits ont été compliquées avec un nouveau né !

Bref je travaillais dès que je pouvais, et je faisais des siestes quand c’était possible mais ça n’a pas été évident pendant plusieurs mois. Maintenant qu’elle va à la crèche et que je gagne un peu mieux ma vie, j’ai encore réduis mes horaires de travail. Je commence à 9h30 le matin (après l’avoir amené à la crèche) jusqu’à 17h30 le soir quand il faut aller la rechercher et je prends 1h de pause le midi, soit au total 7h de travail / jour. Ça change des 14h / jour du avant ;-). Mais en même temps j’ai travaillé dur avant pour avoir de moins en moins à travailler aujourd’hui.

Une journée type

Voici une de mes journées type, je travaille donc du lundi au vendredi, et jamais le week-end. Je me lève quand la petite se réveille, je l’emmène à la crèche, je rentre il est 9h30, je commence à travailler.

Je réponds à tous les emails. Ça me prend entre 20 min et 1h / jour en tout, je tracke le temps passé sur mes tâches sur toggl.com. À 13h je fais ma pause déjeuner, je reprends à 14h. Parfois un peu plus tôt, parfois un peu plus tard. Je développe jusqu’à 17h30 max et je réponds aux derniers emails de la journée, puisqu’il faut que j’aille rechercher ma fille à la crèche. À 20h quand elle dort, je lis un peu de news sur mon téléphone je réponds à quelques emails ou messages sur facebook. Je me couche vers 22h.

Conclusion

Mes journées actuelles sont très light comparées à mes débuts mais il m’a fallu quand même 4 ans avant d’en arriver là ! Mes revenus me permettent aujourd’hui de pouvoir vivre confortablement, en travaillant depuis chez moi et en étant très flexible sur mes horaires et sur mes jours travaillés. Il m’arrive fréquemment de travailler un jour du week-end contre un jour en semaine en fonction de nos agendas avec ma femme. C’est un confort de vie vraiment agréable. Je n’ai pas à demander la permission ni à poser des congés, je fais juste ce que je veux, point.

Pendant toutes ces années je n’ai pris aucune vacances personnelles, dans le sens où c’est ma femme qui m’a imposé de partir en vacances. Cette année, on va pouvoir profiter un peu plus et on a prévu beaucoup plus de vacances. Je pense qu’on l’a bien mérité !

Travailler chez soi reste un gros challenge si on n’est pas discipliné, ce n’est pas fait pour tout le monde, ça demande de la rigueur et de la détermination, mais le jeu en vaut la chandelle, le confort de vie est incomparable ! Ça demande du boulot, mais quand on y arrive, c’est vraiment très gratifiant et plaisant.

J’espère que ce petit aperçu de ma vie durant ces 4 dernières années à travailler sur Hercule vous aura été utile, j’espère avoir pu vous donner une idée de la somme de travail que représente Hercule dans sa forme actuelle, ce n’est pas rien ;-).

À bientôt !

  • palain

    Salut,
    As-tu trouvé, dans ton entourage, des gens capables de comprendre ce que tu fais, pas en termes techniques, mais en terme de vision ou d’entreprenariat ? Pour ma part, les gens autour de moi ne comprennent pas l’investissement et ne voient dans un side project qu’une façon de se divertir.

    • palain

      Désolé pour le tutoiement, mais au fil de la lecture du blog, cela m’est venu spontanément.

      • Pas de soucis, on peut se tutoyer ;-).

        Oui j’en ai trouvé, ma femme. C’est tout :-). En fait le problème avec l’entrepreneuriat, c’est que si tu veux trouver des gens qui comprennent ce que tu fais, il faut trouver d’autres entrepreneurs. Pour moi il existe 2 sortes de personnes, les leaders (entrepreneurs) et les suiveurs (salariés). Il n’y a pas un côté qui est mieux que l’autre, ils ont juste des façons complètement différentes (pour pas dire opposées) de raisonner.

        Les salariés ne comprennent pas qu’on veuille « entreprendre », trop risqué, inutile je préfère mon job, tu gagneras pas ta vie bla bla bla je te passe les arguments qu’ils ont… Ils ne voient pas la vision à long terme. Et comme 99% de la population sont des suiveurs, quand tu t’adresses à quelqu’un forcément tu as plus de chances de tomber sur un suiveur qu’un entrepreneur.

        Si tu veux du soutien ou rencontrer des gens qui pensent comme toi, il faut t’entourer d’entrepreneur, d’indépendants, de freelances, bref de gens qui ont pris leur vie en main plutôt que de suivre le troupeau.

  • Dylan

    Salut ! Déjà félicitation pour ta petite fille ;)
    Je trouve que le plus difficile quand on fait ses propres horaires, c’est justement de les maintenir, perso je développe en seconde activité du coup c’est le matin avant d’aller bosser (je trouve que je suis + performant le matin, puis je préfère utiliser mon énergie sur mes propres projet que sur mon taf à côté ;)), mais encore là, difficile de se lever super tôt et d’enchainer « 2 journées de travail » en une quoi !

    Ne pouvant pas me trouver un bureau séparé chez moi, j’ai opté pour les cafés, je passe mes journées libres dans des cafés, où les divertissements sont limités ! Je vais essayer de prendre exemple sur toi et de me discipliner un peu plus pour éviter les divertissements en pleine séance de travail ;)

    • Merci Dylan.

      Ah les cafés ou les salles de co-working (avec d’autres personnes) je supporte pas ! Trop de bruit ambiant, j’ai besoin de calme pour me concentrer. Quand tu fais de l’architecture logicielle t’as besoin d’être dans le flow, sinon t’avances pas. Je trouverai ça inconfortable comme endroit pour bosser en plus un café, mais bon ça dépend des gens.

      Je bossais en open space avec des italiens et américains pas loin de moi qui passaient leur vie au téléphone et c’était dur de me concentrer, fallait que je mette mon casque et de la musique sinon mes oreilles écoutaient tout. J’avais un collègue à côté de moi qui me disait que si c’était trop calme lui n’arrivait pas à se concentrer ! lol. Ça dépend des gens en fait.

      En tout cas il faut essayer d’être rigoureux et de couper toutes les notifications d’emails, facebook, twitter et tous les réseaux sociaux. Pareil pour ton tél portable… le mode avion pour bosser c’est royal ! Bon courage pour ton projet !

  • Romain

    Merci, ça faisait un moment que tu n’avais pas écrit de news non technique, c’est toujours aussi agréable de te lire.
    Même sans rentrer dans ta vie privée, tu nous donnes un aperçu de ta vie d’entrepreneur ;-)
    Continue comme ça et encore bravo !

  • Carbon 4horse

    Génial ! Tu es un acharné du travail un grand bravo pour cet effort et je suis heureux pour toi que ça parte aussi bien !

    • Merci ! Je suis un acharné oui et non, j’ai bossé comme un acharné pour arrêter de travailler à la base ;-). Ou du moins avoir plus de temps libre et réduire mon temps de travail au final !

  • T’as eu du courage pour tenir aussi longtemps !
    Je me demande: physiquement, comment ça se passe ? Tu n’as pas mal au dos ou au cou à force ?
    Tu as quoi comme chaise/fauteuil de bureau ?

    • Merci Victor.

      Pour mon physique non je n’ai (plus) mal nulle part car j’ai investis dans une bonne chaise de bureau et suivi les recommandations d’ergonomie pour être en bonne position devant l’écran.

      J’ai aussi viré les accoudoirs de mon siège pour garder les épaules basses et me forcer à ne pas m’avachir sur un accoudoir quand je lis des news par exemple… Au niveau du dos je le garde droit tout le temps calé bien au fond de mon siège, pieds à plat ou sur un support. Et puis je le muscle avec des séances de tractions :-).

      • Merci pour ta réponse mais pourrais-tu dire quelle chaise tu as exactement ?

        • Malheureusement je n’ai plus les références de ma chaise. Je sais qu’elle m’avait coûté 300 €, elle a un appui tête, un support réglable en hauteur au niveau des lombaires et possibilité d’y mettre des accoudoirs, mais je les ai viré comme je l’ai dis. Tu peux en trouver plein d’équivalente sur le net ou en magasin.

Les commentaires sont clos.