Quel business model pour vivre de la vente d’applications Android ?

Quel business model pour vivre de la vente d’applications Android ?

Cela fait un sacré moment que je n’ai pas écris sur ce blog, j’ai eu beaucoup de travail avec Hercule ces temps-ci et beaucoup de difficultés techniques à surmonter mais j’y suis arrivé, alors je profite d’avoir un peu de temps pour parler des business models pour les applications Android.

Les différents business models

Je suis abonné à l’excellent site de veille des plateformes mobiles App Annie. Et j’ai lu leur dossier sur les tendances de pubs et de monétisation des applications (en anglais). Je vais lister rapidement les 5 différentes façons de monétiser une application dont ils parlent dans le dossier puis vous donner mon avis par rapport à Hercule.

Business model : freemium

Le modèle freemium permet aux utilisateurs de télécharger l’application gratuitement et de faire des in-app purchases (achats au sein de l’application). Ces achats peuvent être des items pour des jeux par exemple, des bonus, des vies supplémentaires, bref tout ce dont l’utilisateur pourrait avoir besoin pour améliorer l’application.

L’intérêt du freemium réside dans le fait que comme le téléchargement est gratuit, cela pousse les utilisateurs à télécharger en masse l’application pour la tester (puisqu’il n’y a pas la barrière du prix à l’entrée !). Ce qui fait entrer l’application dans un cercle vertueux : en effet plus elle est téléchargée, mieux elle est placée dans le classement des applications sur le Play Store et donc plus elle est visible et donc… encore plus téléchargée !

Notez que le nombre de téléchargements n’est pas le seul facteur à intervenir dans le classement des applications sur le Play Store, c’est bien plus complexe que ça, mais une application qui est beaucoup téléchargée permet d’obtenir un meilleur rang. De plus, lorsque les utilisateurs voient qu’une application a été téléchargée par exemple 1 000 fois contre une autre téléchargée 20 fois, leur confiance va à la première, logique.

Business model : paid

Le modèle paid est un modèle simple et classique, sans in-app purchases, il faut payer pour télécharger l’application. Point. Je ne pense pas que ce modèle soit beaucoup utilisé étant donné que les utilisateurs aiment bien pouvoir tester une application avant de l’acheter. Souvent ce modèle est couplé avec une application gratuite en version limitée (dans le temps ou en terme de fonctionnalités) et lorsque l’utilisateur le choisit (ou si sa période d’essai est terminée) il est redirigé et doit acheter la version payante et débloquée de l’application.

Business model : paidmium

Le modèle paidmium consiste à faire payer l’utilisateur pour télécharger l’application et ensuite il a aussi la possibilité de faire des in-app purchases.

Business model : in-app advertising

Le modèle in-app advertising consiste à mettre de la publicité dans son application. Généralement les applications gratuites au téléchargement utilisent cette méthode pour générer du revenu. Mais pour que ce soit rentable il faut avoir une application qui est très très utilisée avec un très grand nombre d’utilisateurs qui reviennent régulièrement utiliser l’application.

Personnellement je déteste la publicité, que ce soit à la TV (quand je la regardais) ou dans une application. Il n’y a rien de plus désagréable que d’avoir une partie complète de son interface gâchée par une pub qui n’intéresse personne !

Business model : dynamic

C’est la première fois que j’entends parler de ce modèle. Le principe c’est que l’application s’adapte à l’utilisateur, par exemple s’il fait des in-app purchases, alors il n’y aura pas de pubs, par contre s’il n’en fait pas, son écran se verra décoré d’un panneau publicitaire. Je trouve cette méthode assez complexe et même techniquement ça ne doit pas être simple à gérer, je ne suis pas sûr qu’il y ait un grand intérêt à utiliser ce genre de méthode à part pour optimiser son revenu.

Le business model d’Hercule

Pour Hercule, il me semble que le meilleur business model pour moi c’est le modèle freemium, avec 2 particularités :

  • Le téléchargement est gratuit et l’application possède toutes les fonctionnalités (aucun bridage)
  • L’utilisation gratuite sera limitée à un mois au-delà duquel on devra faire un in-app purchase pour pouvoir continuer d’utiliser l’application
  • Des in-app purchases seront disponibles pour acheter des programmes pré-conçus

La vente de programmes pré-conçus pourraient me permettre de compléter mes revenus générés par le déblocage de l’application après la période gratuite. Je ne suis pas le seul à y avoir pensé puisque mes concurrents outre atlantique font déjà de la vente de programmes de musculation ;-).

A la base j’avais pensé à un abonnement mensuel mais les utilisateurs en ont décidé autrement suite à un sondage…

Le sondage

Aujourd’hui Hercule a 317 testeurs, ça fait un bon paquet de gens avec qui communiquer. J’en ai profité pour effectuer un petit sondage pendant 1 mois, histoire de savoir si des gens seraient prêts à acheter l’application dans son état actuel.

Le sondage avait pour but de quantifier le nombre de personnes qui seraient prêtes à acheter l’application et sous quelle forme. Voici les questions qui ont été posées :

  1. Seriez-vous prêt à acheter l’application Hercule ?
  2. Si non, merci d’indiquer en quelques mots pourquoi.
  3. Est-ce qu’un abonnement mensuel à un prix réduit pourrait être une forme de paiement envisageable pour Hercule ?
  4. Si non, merci d’indiquer en quelques mots pourquoi.
  5. Où vous entraînez-vous ?
  6. Pour vous quelle est LA fonctionnalité qui manque dans Hercule ?

A travers ce sondage j’ai pu m’apercevoir de plusieurs choses. Déjà le pourcentage de personnes qui répond à un sondage est très faible, en effet sur les 317 personnes sondées, seulement 42 ont répondu, soit 13 %. Je m’attendais à beaucoup plus, mais bon en même temps personne n’aime les sondages même pas moi ;-). Deuxième point concernant l’habitude d’achat sur smartphone, les gens ne sont pas habitués, ne veulent pas, voir détestent le paiement mensuel. Pour illustrer mes propos, j’ai compilé une petite liste des réponses qu’on m’a donné aux questions 3 & 4, voici les arguments des testeurs contre l’abonnement mensuel :

  • Pour le prix d’une application sur smartphone, en général entre 1 € et 10 €, ça ne sert à rien d’étaler cette somme d’argent sur plusieurs mois
  • Un abonnement revient toujours bien trop cher (NDLR: vu plusieurs fois cet argument !)
  • Sur le long terme c’est plus séduisant de payer une somme fixe qu’un abonnement
  • Ça fait penser à une sorte de location, on paye assez de choses par mois, pas besoin d’en rajouter !
  • Je pense que les mensualités te rapporteraient plus d’argent, mais je trouve que pour les utilisateurs, ça fait plus « mange-fric ». Personnellement, je préfère payer une fois quelques euros que plein de fois une somme inférieure ;-)
  • Acheter l’application une seule fois serait beaucoup plus simple
  • Je préfère payer en un seul coup plutôt que de me traîner un abonnement
  • Je paye une bonne fois pour toute et je consomme (NDLR: un consommateur assumé ;-))
  • Je refuse tous les systèmes qui gardent le client « captif » en le forçant à payer chaque mois pour utiliser un service ou une application
  • Je préfère payer genre 5€ d’un coup qu’un abonnement mensuel a 0,99€. Pour moins un abonnement sur ce type d’application est un frein.
  • Trop de paiements pour un montant qui sera faible
  • Personnellement je préfère payer une application une seule fois et en profiter à mon gré. Les abonnements je les fuis, il y a toujours des versions gratuites moins complètes qui serviront aussi bien. Je préfère payer l’application 5-10 € d’un coup et surtout si l’application me paraît intéressante.
  • Ayant 16 ans, je préfère dépenser une fois plus, que plusieurs fois peu et pour cause je n’ai pas de source de revenus

Comme on peut le voir de nombreux arguments viennent contrecarrer mes plans initiaux. En effet à la base je souhaite me dégager un salaire mensuel correct pour pouvoir vivre de l’application et avoir des utilisateurs payant un abonnement mensuel m’aurait permis d’avoir un revenu stable au cours du temps. Mais les utilisateurs en ont décidé autrement !

Les résultats du sondage

Voici les résultats finaux du sondage, je n’ai gardé que les questions quantifiables :

  1. Seriez-vous prêt à acheter l’application Hercule ?
    Oui 83 %
    Non 17 %
  2. Est-ce qu’un abonnement mensuel à un prix réduit pourrait être une forme de paiement envisageable pour Hercule ?
    Oui 10 %
    Non 90 %
  3. Où vous entraînez-vous ?
    Chez vous 46 %
    En salle de sport 30 %
    Dehors 18 %
    Autre 6 %

Comme je l’ai déjà dis, les utilisateurs ne veulent clairement pas d’un abonnement mensuel, donc mes projets vont devoir être modifiés. La majorité écrasante de 90 % contre l’abonnement mensuel est explicite : Hercule sera vendu en one-shot ! Une fois pour toute ! Ceci implique que je vais devoir avoir beaucoup d’utilisateurs payants si je veux pouvoir en vivre longtemps dans le temps. Car avoir 10 000 utilisateurs payants c’est bien, mais ça ne fait pas vivre très longtemps dans le temps !

En effet supposons que le prix de l’application soit de 4,99 €, Google prend 30 %, ce qui fait un bénéfice brut de 3,49 € par vente, soit 34 900 € brut au total. C’est le salaire d’un ingénieur débutant dans mon domaine. En gros, si je vends l’application 10 000 fois, je pourrai me payer pendant 1 an à mon salaire de débutant, ce qui est déjà bien, mais ça ne me permettra d’en vivre qu’un an, et puis, il faut les atteindre les 10 000 ventes pendant cette année !

Bref, de gros challenges m’attendent avec mon projet, ce n’est pas pour me déplaire et je vais tout faire pour réussir, et pour ça un seul objectif : faire d’Hercule l’application de référence dans le domaine de la musculation sur Android (oui je vois les choses en grand !).

A bientôt.